Toutes les rubriques / Conseils de pharmacien / Grossesse et allaitement / Le Collège des sages-femmes contre le masque à l'accouchement

Le Collège des sages-femmes contre le masque à l'accouchement

Le collège des sages-femmes contre le masque à l'accouchement

Snezhana

Après la prise de position des gynécologues pour un « masque souhaitable mais non imposé », les sages-femmes vont plus loin.

Alors que l’épidémie de Covid-19 est toujours en développement, la question du port du masque lors de l’accouchement continue à faire couler de l’encre. Dans de nombreuses maternités françaises, il est encore demandé aux femmes de porter un masque y compris au moment de la poussée finale, alors même que cette dernière constitue souvent un effort physique important.

Sous l’égide du Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF), les médecins avaient pourtant fini par émettre une recommandation en faveur d’un port généralisé du masque tout au long de l’accouchement, sauf en cas de désaccord de la patiente. Mais il semble qu’ils n’aient pas été entendus par chaque maternité française, comme l’indique le témoignage de jeunes mamans n’ayant pu refuser le masque lors de la naissance de leurs enfants.

Retirer le masque "pendant le travail et les efforts expulsifs"

C’est dans ce contexte un peu confus que le Collège national des sages-femmes (CNSF) a annoncé, le 28 octobre dernier, qu'il préconisait que « la patiente asymtomatique puisse retirer son masque » à la fois « lors du travail et des efforts expulsifs ».

Pour que la sécurité des soignants présents en salle de naissance soit assurée, ces derniers doivent être équipés de masques FFP2, de charlotte, de lunettes de protection et de surblouse à usage unique. Les sages-femmes réalisant plus de 60 % des accouchements en France, leur prise de position est donc importante pour rassurer les futurs parents, souvent anxieux devant les informations contradictoires qui leur parviennent à propos de l’accouchement en ces temps de Covid-19.

Dans le même communiqué, les sages-femmes sont encouragées par leur Collège à favoriser les rendez-vous en téléconsultation chaque fois que cela est possible, notamment pour les séances de préparation à l’accouchement.

Cependant, certaines consultations particulièrement importantes comme l’entretien prénatal précoce, le suivi des grossesses pathologiques, les consultations de fin de grossesse et le rendez-vous post-natal sont à privilégier en présentiel.

Publications Similaires