Toutes les rubriques / Conseils de pharmacien / Coronavirus / L’armoise n’a pas fait ses preuves contre le Covid-19

L’armoise n’a pas fait ses preuves contre le Covid-19

Illustration - L’armoise n’a pas fait ses preuves contre le Covid-19

Adobe Stock - Par rhzr

Des traitements à base d’Artemisia sont présentés à tort comme efficaces contre le coronavirus.

Alors que l’épidémie de Covid-19 est toujours en cours, des rumeurs présentent l’armoise annuelle, de son nom latin Artemisia annua, comme efficace contre ce virus. Or, les produits à base d’Artemisia n’ont pas fait la preuve d’une quelconque efficacité pour lutter contre le SARS-CoV-2, qu’ils se présentent sous forme de tisane, de décoction, de poudre de plante voire même de gélules. « Ces allégations sont fausses et dangereuses », indique l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), qui s’inquiète des conséquences de la crédulité de potentiels malades : au-delà du risque d’inefficacité, le recours à ce type de produits peut représenter un danger pour la santé puisqu’il contribue à « retarder la prise en charge médicale nécessaire en cas d’infection confirmée ».

Il y a quelques années, cette plante avait déjà fait l’objet d’une publicité identique, mais cette fois contre le paludisme. Or, des personnes l’ayant utilisée avaient développé des formes graves de cette maladie transmise par les moustiques lors d’un séjour à l’étranger. Pour cette raison, l’ANSM avait été contrainte d’interdire à plusieurs fournisseurs de commercialiser des produits contenant de l’Artemisia annua en 2015 puis en 2017.

De façon générale, l’ANSM rappelle qu’il est dangereux de se fournir en produits de santé via Internet. En effet, « seul le circuit des pharmacies d’officine et de leurs sites Internet autorisés pour la vente en ligne de médicaments, régulièrement contrôlés par les autorités sanitaires, apportent des garanties sur les médicaments achetés ». Il ne faut donc jamais acquérir de produits pour se soigner, qu’il s’agisse de médicaments ou de compléments alimentaires, sur des sites qui ne seraient pas autorisés. La liste des sites sécurisés est régulièrement mise à jour et disponible sur le site du Conseil de l’Ordre national des pharmaciens (lien).

Publications Similaires