Toutes les rubriques / Médicaments / Bien utiliser ses médicaments / Paracétamol, ibuprofène et aspirine : fin du libre accès

Paracétamol, ibuprofène et aspirine : fin du libre accès

Illustration Paracétamol, ibuprofène et aspirine : fin du libre accès

Par rh2010

A partir du 15 janvier prochain, il faudra s’adresser à un pharmacien dans votre pharmacie pour avoir accès aux médicaments à base de paracétamol, ibuprofène et aspirine.

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a annoncé le 17 décembre un changement à venir dans l’accès aux médicaments à base de paracétamol, d’ibuprofène, ou d’aspirine. Ces médicaments resteront disponibles sans ordonnance, mais ils devront obligatoirement être placés derrière le comptoir des pharmacies, c’est à dire hors d’atteinte des patients sans le conseil d’un pharmacien. Jusque-là, ils pouvaient figurer dans un espace particulier au sein de l’espace de vente, appelé « zone de libre accès ». Cela ne sera plus autorisé à partir du 15 janvier 2020.

Favoriser le bon usage du médicament

L’objectif de cette modification de la règlementation est de « favoriser le bon usage de ces médicaments d’utilisation courante », notamment en limitant le risque de surdosage.

En effet, le paracétamol peut provoquer des dommages très graves au foie lorsque sa posologie n’est pas respectée. Il est ainsi très important de rappeler que la dose maximale recommandée de 3 g de paracétamol par jour chez l'adulte ne doit jamais être dépassée sans avis médical. En outre, cette dose maximale quotidienne doit être prise de manière espacée, soit 500 mg toutes les quatre heures.

Quant aux anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l’ibuprofène et l’aspirine, ils peuvent aussi provoquer des effets indésirables, notamment s’ils sont mal utilisés. Ils sont également contre-indiqués en cas de varicelle et chez les femmes enceintes à partir du début du 6ème mois de grossesse.

L’Agence du médicament a donc décidé de renforcer le rôle de conseil du pharmacien et de son équipe officinale auprès des patients qui souhaitent utiliser ces médicaments antidouleurs sans ordonnance. Il est possible que vous ne constatiez pas de changement dans votre pharmacie habituelle : certaines officines avaient déjà choisi de ne pas placer ces médicaments dans la zone de libre accès.

D’autres précautions à venir

Toujours dans l’objectif de limiter les risques de mauvaise utilisation de ces médicaments (que l’on appelle également mésusage), une mention « surdosage = danger » sera bientôt apposée sur les boîtes de médicaments contenant du paracétamol, afin de rappeler les risques en cas d’utilisation à des doses inadaptées.

Publications Similaires