Nexplanon : attention au risque de migration

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) appelle les femmes porteuses de cet implant contraceptif à vérifier qu'il est toujours présent au niveau du bras.

Nexplanon : attention au risque de migration

RFBSIP

Chaque année, ce sont environ 20 000 françaises qui ont recours à Nexplanon. Ce médicament contraceptif se présente sous la forme d'un petit bâtonnet qu'un professionnel de santé (gynécologue, sage-femme, généraliste) va insérer sous la peau, au niveau du bras. Il va diffuser pendant trois ans de l'étonogestrel, une hormone à action contraceptive. D'après le baromètre Santé Publique France, cet implant est particulièrement utilisé par les femmes de 20 à 24 ans. 

Des cas de migration dans des vaisseaux sanguins

Grâce au dispositif de pharmacovigilance, l'ANSM a décompté 30 cas de migration de cet implant contraceptif dans l'artère pulmonaire depuis mai 2001. L'agence invite donc toutes les utilisatrices à vérifier, grâce à une palpation délicate de la zone d'insertion, qu'il est toujours présent à cet endroit. Si ce n'est pas le cas, un rendez-vous médical est recommandé pour faire le point. 

De nouvelles recommandations

En 2016, l'Agence avait déjà alerté les professionnels de santé sur les risques de déplacement de Nexplanon depuis la zone d'insertion jusqu'aux vaisseaux sanguins. Même si les causes exactes de ces migrations ne sont pour l'instant pas identifiées, l'une d'entre elles pourrait être une insertion trop profonde au moment de la pose, conduisant au positionnement de l'implant directement dans un vaisseau sanguin. L'Agence vient donc d'annoncer de nouvelles recommandations destinées aux professionnels de santé concernant le mode opératoire de mise en place de l'implant. Les recommandations officielles évoluent également pour les utilisatrices. Désormais, les patientes qui se feront poser Nexplanon recevront également une carte complémentaire à la notice, pour leur rappeler de "vérifier une à deux fois par mois la présence de l'implant" et à "contacter rapidement leur médecin ou sage-femme si elles ne le repèrent plus au toucher". 

Publications Similaires